Social physics or how ideas flow from my head to your head

social physics

[Français]

Last month I finished an amazing book called “Social Physics | how ideas spread-the lessons from a new science” that describes different research projects trying to understand how human behavior works thanks to a new data-driven (Big Data) science.

[Le mois dernier, j’ai terminé de lire en livre très inspirant appelé « La physique sociale | comment les idées se propagent-leçons d’une nouvelle science » qui décrit différents projets de recherche qui tentent de comprendre comment le comportement humain fonctionne grâce à une nouvelle science basée sur de données quantifiables (Big Data).]

The “social physics” concept comes from sociology, specifically from Auguste Compte and others who in the 19th century tried to explain social reality with the development of universal laws. Alex Pentland along with an interdisciplinary team of scientists, doctoral and post doctoral students and engineers, borrowed the concept to develop a new data-driven mathematical model of social behavior.

[Le concept de « physique sociale » vient de la sociologie, particulièrement d’Auguste Comte et autres qui, au 19ème siècle ont tenté d’expliquer la réalité sociale avec le développement de lois universelles. Alex Pentland avec une équipe interdisciplinaire de chercheurs, des doctorants et post-doctorants et des ingénieurs, a emprunté le concept de « physique sociale » pour développer un nouveau modèle mathématique du comportement social, qui utilise des données massives (Big Data).]

social interactions

What Pentland and his team are trying to do, is to quantify what previously was not quantifiable (the flow of ideas that determine human behavior). The most important part of the book is that the overall structure of a given network of interaction, rather than the content that people exchange through that network, determines the quality of what Pentland calls “Idea Flow”: the way that behaviors and beliefs spread across a web of interpersonal relationships.

[Ce que Pentland et son équipe essaient de faire, c’est de quantifier ce qui était auparavant impossible de quantifier (la circulation d’idées qui déterminent le comportement humain). La partie la plus importante du livre montre que la structure globale d’un réseau d’interaction, plutôt que le contenu que les gens échangent par le biais de ce réseau, détermine la qualité de ce que Pentland appelle « flux d’idées » : la façon dont les comportements et les croyances ou convictions sont répartis dans un réseau de relations interpersonnelles.]

In this context, the experiments of the scientific research shows that there are network structures that are more conducive than others to the emergence of innovative ideas (inventive ideas in my opinion). Many ideas in which Pentlands theory is based are not new, what is amazing about “social physics” is the volume and the diversity of the data used in the experiments, as well as the mathematical model proposed to quantify these data and predict human behavior, this is an example of the potential of Big Data that we didn’t have before in social sciences.

[Dans ce contexte, les expériences de recherche scientifique illustrées dans le livre montrent qu’il existe des structures de réseau qui sont plus propices que d’autres à l’émergence d’idées innovants (inventives à mon avis). Beaucoup d’idées dans lesquelles la théorie de Pentland se fonde ne sont pas nouvelles, ce qui est étonnant au sujet de la théorie de la « physique sociale » développé par Pentland et son équipe, est le volume et la diversité des données utilisées dans les expériences, ainsi que le modèle mathématique proposé pour quantifier ces données et pour prédire le comportement humain, ceci est un exemple du potentiel du Big Data dans les sciences sociales, potentiel que nous ne disposions pas auparavant.]

The book, the research, the experiments, the data publicly available and the theory were very inspiring for me, so I’m developing a new hypothesis based on Pentlands theory where I introduce the variables of collaboration, cooperation and invention and that I will explain in my next post where I will be also explaining the project in which I’m working on to test this hypothesis: the REMASCO project.

[Le livre, la recherche, les expériences, les données (qui sont publiques) et la théorie m’ont beaucoup inspiré, donc je suis en train de développer une nouvelle hypothèse basée sur la théorie de Pentland où j’utilise les variables de la collaboration, de la coopération, ainsi que de l’invention, hypothèse que je vais expliquer plus en détail dans mon prochain post où j’expliquerai également le projet dans lequel je travaille actuellement : le projet REMASCO.]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *